.

Art du recyclage africain

 

 

Il y a un type de sculpture qui s’expose et qui s’exporte. Il s’agit de la récupération d’objets utilitaires ou de déchets, que l’on détourne de leur fonction première pour en faire des objets esthétiques. Il en sort une néo-sculpture et une autre forme de design.

 

Vous les verrez sur les décharges en train de fouiller les détritus, de trier la ferraille, tournant et retournant en tous sens des fragments métalliques avant de les fourrer dans leurs sacs. Ils ne sont ni ferrailleurs ni misérables qui écument les poubelles à la recherche d’un objet en bon état à écouler. Ils sont des artistes qui trouvent la matière de leurs œuvres dans les décharges. Tous reconnaissent qu’il y a un côté jouissif dans la collecte personnelle sur les décharges, parce qu’il y a parfois des illuminations à la vue d’un objet quelconque : un pot d’échappement de moto se transfigure dans une fulgurance en une trompette !

 

C’est armé de chalumeau, de fer à souder, de scie à métaux et de marteau que le sculpteur affronte la ferraille pour lui donner une fonction esthétisante ou utilitaire. Ainsi, il crée des meubles, des animaux, des musiciens, des motos customisées.

 

Il y a dans le récup’art des œuvres de grande valeur. Avec Sahab Koanda, un artiste burkinabé, on voit surgir à partir de chaînes, de pignons, de moyeux, de pots d’échappement et d’objets hétéroclites arrachés à la rouille des musiciens, des chevaux et leur cavalier…

 

Tout un monde naît à partir de la récupération, qui est un art du détournement et du recyclage. L’artiste a le pouvoir de donner une seconde vie aux objets de l’univers technologique ou mécanique. Le récup’art apparaît comme une forme de résistance à l’envahissement par les objets dans notre environnement. Une tentative de conciliation entre la technique et l’art ou à défaut une affirmation du primat de l’art sur la technologie, de l’homme sur la machine, puisque de la dépouille mécanique naît l’œuvre d’art.

 

Didactique et spécifique à l’art de la récup, ce sont les séances de création devant le public lors des expositions. Il s’agit, pour l’artiste de faire sortir du chaos de ferraille une œuvre artistique devant les spectateurs. C’est une performance qui n’a pas son équivalent dans les autres arts. L’artiste est vierge de tout projet quand il se confronte à la matière, fait d’un amas de ferraille. Ce qui va en sortir … une œuvre brute, non esquissée, qui surgit de la collision du hasard des objets et du feu de l’imagination.

 

C’est art est toute une philosophie : résister au monde industriel avec ses déchets envahissants, qui grignotent chaque jour un peu plus l’espace vital des hommes.


Social Media Share

Associations

Artsy logo  GGAC logo

Secure Payments

horizontal solution PP

logo redsys 
logo vector caixabank

 

AGENDA

3/6 - 30/7/2017 : LA SAPE AU CONGO – M. TURAY - F. MAMPUYA - ANJEL
9/9 - 29/10/2017 : TABOO – Wycliffe MUNDOPA

Nous utilisons les cookies sur ce site afin d\'améliorer votre expérience utilisateur. Pour en savoir plus sur les cookies, consultez nos Mentions Légales. J'accepte les cookies de ce site :